Pièces d’une grande complexité. Ou comment repousser les limites du possible

Pièces d’une grande complexité. Ou comment repousser les limites du possible

Janvier 2022

Le mécanicien Martin Fischer oscille avec brio entre l’univers du métal et l’art. Sa passion: créer d’élégantes pendules pour lesquelles il a besoin de pièces ultra précises. Ces pièces sont découpées par Al-Cut sur une machine laser Bystronic Laser.

Fondée en 2009 par Toni Räber et Andi Sommer, l’entreprise Al-Cut AG sise à Inwil dans le canton de Lucerne s’est spécialisée dans la découpe laser et la découpe au jet d’eau ainsi que dans les travaux de rectification et de pliage. L’entreprise compte aujourd’hui 17 employés et plus de 500 clients fidèles. Al-Cut est un partenaire proche de Bystronic, qui teste par ailleurs aussi régulièrement de nouvelles machines. Outre des installations d’autres marques, notamment de rectification humide et de dressage, une machine de tribofinition (Trowal) et une machine à ébarber, Al-Cut a essentiellement recours à des systèmes Bystronic.

Nous disposons de toute une batterie de machines Bystronic. Nous testons aussi des prototypes.

Toni Räber

Dans une vitrine contenant des modèles d’exposition, installée dans le hall d’entrée de l’entreprise industrielle d’usinage des métaux, Toni Räber montre un minuscule vélo d’à peine deux millimètres de long. Les détails tels que les rayons de roue et les pédales peuvent être observés à la loupe. «Les lasers permettent d’usiner avec une extrême précision jusqu’aux dimensions les plus petites» ajoute-t-il.

C’est la raison pour laquelle Martin Fischer fait usiner les échappements de ses montres chez nous.

Martin Fischer

Repousser les limites du possible

Et ce n’est pourtant pas seulement pour la précision des machines que Martin Fischer fait fabriquer ses pièces horlogères par Al-Cut: c’est aussi parce que Räber accepte d’exécuter des commandes exigeantes et d’élaborer des solutions aux problèmes les plus inhabituels – comme la réfractarité des métaux lors de la découpe – en étroite collaboration avec les clients.

C’est un vrai plaisir de tenter de repousser les limites du possible avec des clients tels que Martin Fischer. Nous avons tout d’abord dû déterminer quel serait le matériau adéquat pour les échappements des horloges Fischer.

Toni Räber

Räber qualifie ces pièces de «Twicky» (en jargon du métier, cela signifie des pièces d’une grande complexité). C’est l’acier CK45 qui a finalement été retenu pour la fabrication des pièces horlogères, parce qu’il peut être trempé après usinage ce qui a pour effet de réduire l’usure du mouvement d’horlogerie.

Clockworks

Le virus de l’horlogerie est venu avec la manufacture

Les objets métalliques en filigrane avec mouvement d’horlogerie visible ont été entièrement conçus et construits par Fischer. Le dernier-né – le «Clockwork 2.00B» – possède juste quatre roues qui s’engrènent, un balancier, un poids de remontoir, l’échappement* constitué de «palettes» et d’une ancre.

Il m’aura fallu un certain temps pour parvenir à réaliser parfaitement la géométrie du mouvement.

Martin Fischer

Clockwork 2.00B

Sans mentor, qui lui a transmis ses secrets d’horloger, il n’y serait probablement pas parvenu. Une fois qu’on a trouvé le truc, le reste se résume en fait à usiner avec précision le métal.

Configuration des cookies

Bystronic utilise des «cookies essentiels» pour assurer le bon fonctionnement du site Internet, des «cookies de préférence» pour optimiser votre expérience sur le site Internet, ainsi que des «cookies de marketing et d’analyse» qui sont exploités par des prestataires tiers en vue de personnaliser des mesures de performance de publicités par ex. sur des réseaux sociaux.
Vous pouvez modifier à tout moment vos préférences relatives aux cookies en cliquant sur le lien «Configuration des cookies» disponible au bas de chaque page. Vous trouverez plus d’informations sur les cookies et la protection de votre vie privée dans notre Charte de confidentialité.