De la voiture de collection au véhicule électrique

De la voiture de collection au véhicule électrique

Août 2021

Le trio de bricoleurs de Triamp avait besoin de composants pour l’électrification de trois voitures de collection. Le métallurgiste Ray-Cut a fabriqué les pièces sur le ByStar Fiber de 10 kilowatts. Plus de 2 000 heures de travail ont été nécessaires pour équiper deux Jaguar type E et une VW T2 le plus fidèlement possible aux originaux tout en restant hautement performantes.

Une Jaguar de 1969 devient une voiture électrique moderne

Elle est là l’icône du design avec ses formes fluides, modelées à partir de tôle et de chrome. À première vue, la Jaguar type E 2+2 rouge bordeaux, que l’on peut admirer aujourd’hui dans le hall de production de Ray-Cut à Lyss (Suisse), est un original. Mais il n’y a aucun moteur à combustion sous le long capot de cette voiture classique de 1969. Le moteur six cylindres en ligne de 4,2 litres a dû laisser sa place à un moteur électrique. Quatre boîtes métalliques contenant des éléments de batterie et un ordinateur finissent de remplir le reste du compartiment moteur. Deux autres boîtiers de batterie se trouvent à l’arrière, là où se trouvaient à l’origine la roue de secours et le réservoir de carburant.

Boîtes en tôle pour les batteries et la plaque en acier à assembler

«Nous avons bricolé pendant longtemps pour en tirer le meilleur parti», explique Simon Jeger. Il a initié le projet Triamp avec son père Felix Stoffel. L’idée d’électrifier la Type E a mûri au fil des années. Pour enrichir leur savoir-faire, les deux hommes ont fait appel au garagiste Andreas Weibel. Outre sa compétence dans le secteur mécanique, il a apporté sa VW T2 au projet. Triamp était né.

«Nous aurions pu faire plus simple, mais nous voulions rester le plus proche possible de l’original»

Simon Jeger, Triamp

C’est également Andreas Weibel, un passionné de VW, qui a pris contact avec le métallurgiste Ray-Cut. En plus des boîtes en tôle pour les batteries, Triamp avait besoin de diverses pièces de suspension ainsi que d’une plaque en acier massive pour relier le moteur électrique à la boîte de vitesses. Pour Ray-Cut, le projet était une affaire de cœur: «Nous produisons de temps à autre des pièces pour les voitures et les motos de nos amis», explique Sven Heukeroth. Les pièces ont été découpées sur un ByStar Fiber de 10 kilowatts. La machine est déjà équipée de la tête de coupe de la prochaine génération.

«Nos essais sur le terrain aident Bystronic à poursuivre le développement du laser à fibres optiques»

Sven Heukeroth, Ray-Cut AG

Aussi rapide que l’original

Les bourdonnements des véhicules anciens de Triamp n’ont cependant rien à envier aux ronflements des originaux. La VW T2 a déjà effectué son premier voyage électrique. La camionnette grise Bulli de 1979 est devenue plus rapide grâce à l’entraînement électrique et, avec une portée de 400 kilomètres, elle fait concurrence aux voitures électriques modernes. Simon Jeger est convaincu que les deux modèles électriques peuvent également rivaliser avec les modèles originaux: «grâce au couple de rotation constant du moteur électrique, nous pouvons sans aucun doute suivre l’accélération», explique-t-il. Son objectif est de supplanter le prototype avec lequel Jaguar a fait revivre la type E sous forme de voiture électrique. Jeger prévoit une portée allant jusqu’à 350 kilomètres.

Configuration des cookies

Bystronic utilise des «cookies essentiels» pour assurer le bon fonctionnement du site Internet, des «cookies de préférence» pour optimiser votre expérience sur le site Internet, ainsi que des «cookies de marketing et d’analyse» qui sont exploités par des prestataires tiers en vue de personnaliser des mesures de performance de publicités par ex. sur des réseaux sociaux.
Vous pouvez modifier à tout moment vos préférences relatives aux cookies en cliquant sur le lien «Configuration des cookies» disponible au bas de chaque page. Vous trouverez plus d’informations sur les cookies et la protection de votre vie privée dans notre Charte de confidentialité.